échos visuels / archives /


Disapproved by The Comics Code Authority (2014)

ici il y a normalement une annotation
Lorsqu'il y a quelques années, j'ai commencé à m'intéresser de plus près à l'histoire de la bande dessinée américaine (livres, articles, cours, et tant d'autres trucs), je n'arrêtai pas de tomber sur le livre de Fredric Wertham : Seduction of the Innocent. The influence of comic books on today's youth. Rinehart & Company, United States, 1954, 397 pages. Je me suis dit qu'il était temps d'en faire quelque chose.

Ma couverture préférée est celle de la première version publié au Royaume-Uni : Museum Press Limited, London, 1955 — l'image vient de chez Heritage Auctions. Les couleurs m'ont servi de référence pour la datavisualisation.

Le livre contient toutes les peurs d'une remise en cause d'une vision idéalisée / bien-pensante des Etats-Unis. Le code a eu trois versions (les liens pour lire les versions .txt) : 1954, 1978 et 1989 . Il a été abandonné petit à petit par les éditeurs au cours des années 1990, Marvel l'a laissé tomber en 2001 et DC a tout de même attendu 2011, ce qui a sonné la fin de son existence ! Une longue vie de 57 ans tout de même !

Ce livre a eu un impact considérable sur l'industrie de la bande dessinée américaine. L'industrie a créé The Comics Code Authority la même année dans une logique d'auto-régulation / censure. Ce livre a contraint les éditeurs mainstream à faire du propre... et en même temps a été la source d'un développement extraordinaire de la bande dessinée indépendante. Ce livre a décrit les super-héros tels des déviants sexuels. Batman sera de loin le plus touché, les débats sur sa sexualité n'ont eu de cesse de jouer sur l'orientation des histoires jusqu'à aujourd'hui (mais ceci est une autre histoire).

ici il y a normalement une annotation ici il y a normalement une annotation
ici il y a normalement une annotation ici il y a normalement une annotation

(En haut à gauche) Supergods de Grant Morrison, aux éditions Dargaud/Fantask, Paris, 2017 (p76). (En haut à droite) Doggybags volume 1, aux éditions Ankama, Paris, 2011. (En bas à gauche) Batman Unmasked de Will Brooker, aux éditions Continuum, Londres / New-York, 2000 (p101). (En bas à droite) Mutafukaz (tome 1) de Run, aux éditions Ankama, Paris, 2006.

Pour la visualisation, mon intention était simple : voir la relation entre le livre et le code via la densité des sujets désapprouvés.

(1) J'ai représenté le livre à la manière de Stefanie Posavec pour Sentence Drawings : chaque phrase du livre est une ligne, le nombre de mots représente le caractères de la phrase ; puis on tourne à 90° et on continue avec la phrase suivante. (2) J'ai extrait une liste de mots les plus représentatifs du code. Tout contenu écrit ou visuel traitant des sujets suivants sont désapprouvés par le code : abductor , agony, bloodshed, brutal, cannibalism, corruption, crime(s) / criminal(s), depravity, evil, gambling, ghouls, gory, gruesome, gun / gunplay, horror, kidnaper / kidnapping, liquor, lurid, lust, masochism, misdeeds, morbid, obscenity, perversion, profanity, sadism, salacious, sex, smut, sordid, terror, tobacco, torture, unsavory, vampires / vampirism, violence / violent, vulgarity, walking dead, weapons, werewolfism. (3) J'ai recherché ces mots dans le livre, chaque phrase qui en contenait un a été colorée en jaune. Ni plus ni moins

ici il y a normalement une annotation
Cliquez sur l'image pour voir la visualisation en haute-résolution.

Les données proviennent du livre et du code de 1954. La visualisation est réalisée avec R. La composition est effectuée sous Keynote. La police de caractère est Open Sans. Janvier 2014.





Retourner à :

— Mon carnet html de notes du moment.
— Mes datavisualisations archivées (2011-2020).






Carnet codé par moi-même. // Aucune donnée personnelle n'est collectée. // Police de caractère Cousine de Steve Matteson. // Site hébergé par Ionos. // Copyright 1995 - 2020 Christophe Cariou, Ile de Nantes.