échos visuels / sacs de liens
des trucs venus d'ailleurs compilés tous les quinze jours




Jeudi 24 décembre 2020 : sac de liens 05.

Les fois précédentes je l'ai râté, cette fois-ci j'ai réussi à l'avoir même si il a mis du temps à arriver. Je veux parler du magazine Market Café Magazine 6, édition limitée spéciale cuisine composée de 100 grammes d'interviews et de datavisualisations, le tout cousu pour un format 175x210x4 mm !!! Très belle réalisation. J'y ai découvert Surasti Puri et l'existence de la galerie d'art Wild Mazzini à Turin, spécialisée dans la datavisualisation !

ici il y a normalement une autre photo du livre ici il y a normalement une autre photo du livre ici il y a normalement une autre photo du livre
ici il y a normalement une troisième photo du livre ici il y a normalement une autre photo du livre ici il y a normalement une autre photo du livre

Restons dans le bleu. Jer Thorp a terminé son livre, il sera disponible le 4 mai prochain. Du coup, il tweete sur un nouveau projet, la recension et visualisation des oiseaux. Les premières esquisses sont prometteuses, j'ai hâte de voir le résultat final dans les prochaines semaines. Il y avait également ce retweet commenté : "This is remarkable. A perfect example of how data changes when it is put in a public space, and how the real world affords so many better modes of communication than the screen. (700 feet long! Take that, scrollytelling!)". Il parle de la grande banderole de 213 mètres sur les millionnaires et milliardaires.

ici il y a normalement une autre photo du livre ici il y a normalement une autre photo du livre

Découverte de ce magazine en ligne Jigsaw, un truc Google, cela n'empêche que le travail sur le design, le texte et le visuel est franchement fluide et bien foutu ; à approfondir.

Les datavisualisations interactives sur la maison/dynastie Tudor sont à voir. Le réseau sous toutes ses formes. Plus de 20k personnes à partir de plus de 120k lettres. Un énorme boulot et une très belle réalisation. Projet réalisé par Ruth Ahnrert et Sebastien Ahnrert pour la partie data et Kim Albrecht pour la partie visualisation (style reconnaissable). Vous pouvez également aller lire l'article associé.

ici il y a normalement une autre photo du livre

Deux autres projets à voir. Celui de Nicholas Rougeux. "A Brief Visual Exploration of A Dictionary of Typography. Exploring the structure of John Southward’s small dictionary published in the 1870s. Plus, two new posters. Quite unnecessary, yet fun to make." Et celui de Frederica Fragapane pour Google trends : "The Shape of Dreams. A visual exploration of Google searches for the interpretation of dreams"

Le Data Stories Podcast 163 m'a permis de comprendre ce qu'était svelte et ce que cela pouvait apporter à la datavisualisation interactive, grâce à Amelia Wattenberger. Mais au final, ce que je retiens le plus est : svelte par Richard Harris du New York Times après d3 par Mike Bostock au New York Times à l'époque ! La Dame grise est vraiment à l'avant-garde de la visualisation dans les médias. Puisque je parle de The New York Times, cet article "Who Gets to Breathe Clean Air in New Delhi?" est tout simplement une tuerie !!!!

ici il y a normalement une autre photo du livre

La saison 2 du podcast Explore Explain de Andy Kirk est terminée, il a livré tous les derniers épisodes au cours des deux dernières semaines. Le numéro 9 était un l'épisode colorée de la saison avec les dessous du livre "I am a book" or "The Batman light beam into the sky" de Stefanie Posavec et Miriam Quick. Je l'ai mis dans ma liste... mais je n'ai toujours pas compris ce livre... un concept !

Le numéro 8 est sur les dessous des splendides visualisations artistiques (et la musique qui va bien avec:) sur les pulsations urbaines de Craig Taylor ; parmi ses sources d'inspirations : films, séries, science-fiction et... l'intro de la très bonne série The Expanse ! J'ai adoré le côté tranquille. J'adore ses réalisations.

Le numéro 7 est sur les dessous de la collection de visualisations pour les 175 ans de Scientific American et le processus ping-pong entre Moritz Stefaner (visualisation) et Jen Christiansen (éditorialisation). Ces réalisations se focalisent sur les mots des magazines, la précédente de Nicholas Rougeux s'intéressait aux couvertures des magazines. Parmi les réalisations citées dans ce podcast, le précédent de Jer Thorp pour les 140 ans du magazine Popular Science, ou encore celle de Jer Thorp et l'OCR sur les 50 ans de la NASA pour Popular Science.

ici il y a normalement une autre photo du livre

Le numéro 6 était sur les dessous de l'article visuel sur la ségrégation scolaire aux Etats-Unis par Alvin Chang : voir au-delà de sa propre expérience personnelle et dépasser le fait que "nous pensons être responsable de la plus grande partie de notre succès" ! J'ai beaucoup apprécié, je ne le connaissais pas, très humble et sincère sur les perceptions, les collaborations, les pressions... et le fait que tout son travail a tourné autour de son intention, encore et encore, cette volonté de faire prendre conscience aux gens que... Cool !

Andy Andy... Le meilleur de la visualisation sur le web pour septembre 2020. Toujours beaucoup de choses sur la covid, les élections américaines et sur les feux de forêts aux Etats-Unis. J'avais râté plusieurs petites choses intéressantes en ce qui me concerne. Une image pixellisée... et ne sont gardés que la fraction de pixels relatant le nombre de l'espèce encore présente, j'adore. Par WhiteCheeks sur Reddit. L'article de Jane Zhang, et son expérience où elle a failli arrêter de faire de la visualisation car cela ne fonctionnait pas jusqu'à ce qu'elle réinvente son processus de travail.

Un article sur comment les cartes dans les médias nous rendent plus négatifs à propos des migrants et surtout comment il est possible de modifier cela en évitant certaines couleurs, en modifiant les titres et en complétant la carte... Par Maite Vermeulen, Leon De Korte et Henk Van Houtum dans The Correspondent. L'article de Kaiser Fung sur la visualisation qu'il trouve magnifique et très bien réussi dans les moindres détails. La réalisation est : How the coronavirus spread in Hong Kong par Dennis Wong et Adolfo Arranz pour le South China Morning Post.

Je termine l'année par le manifeste de Brendan Dawes que je viens de mettre sur ma station de travail ; il n'est pas nouveau et alors !

ici il y a normalement une autre photo du livre

Pour terminer, j'ajoute un livre à acheter / lire : I am a book de Miriam Quick et Stefanie Posavec ; le livre en pré-commande Living data de Jer Thorp.

Bonnes fêtes de fin d'année à vous !


Mardi 8 décembre 2020 : sac de liens 04. Beaucoup de choses intéressantes ces quinze derniers jours, j'ai réalisé une sélection drastique des trucs qui m'ont positivement interpellé.

ici il y a normalement une autre photo du livre

Giorgia Lupi a réalisé une visualisation de son année 2020 pour The New York Times, une réussite comme d'habitude. Plus de photos et de zooms sont disponibles sur le site de l'agence Pentagram. Pour Andy Kirk et le podcast Explore Explain, elle revient sur un projet plus ancien. Elle adore mettre les données sur des supports physiques comme pour cette collection limitée (et épuisée) de vêtements : nous y retrouvons les grandes femmes Ada Lovelace, Mae Jemison et Rachel Carson... la légende est proposée sur les sacs ! Elle parle toujours très vite mais la motivation / passion est des plus perceptibles et les explications sont très intéressantes sur le processus. A voir ou à écouter selon vos préférences et à taguer #datahumanism et #datafeminism.

ici il y a normalement une autre photo du livre

Le projet MeToomentum montre qu'il est possible de traiter un sujet sensible de manière artistique. Il est réalisé par Valentina D'Efilippo et Lucia Kocincova (voir ci-dessous). Les visualisations animées de l'article de la BBC sont sympathiques même si elles parlent des cas et des décès relatifs à la pandémie actuelle. "Even though I don’t enjoy documenting or writing about my process, I think it has made me much more thoughtful and reflective in the process of creation." La sortie du livre de Nadieh Bremer et Shirley Wu sur leur projet Data Sketches mené en 2016 est prévue pour février 2021. En attendant, lire l'interview croisé entre les deux et réalisé par Claire Santoro et Mary Aviles pour Nightingale. Il y est question du processus derrière le livre et des différences entre le numérique et l'imprimé.

ici il y a normalement une autre photo du livre

"There is nothing either good or bad, but thinking makes it so." William Shakespeare A lire et à voir, la présentation (slides) ou la présentation (vidéo) de Lisa Charlotte Rost sur la visualisation de données et les règles à suivre... ou à ne pas suivre. J'aime beaucoup les slides ! A lire également cet article de Richard Brath : pourquoi les visualisations très denses en données / informations sont pertinentes et vont l'être de plus en plus à l'avenir ? Aller prendre une dose d'inspirations avec le Projet Thirty-Three : 394 pochettes vintage d'album avec des formes simples !

ici il y a normalement une autre photo du livre

A l'université de sciences appliquées de Potsdam, un laboratoire s'est spécialisée dans la visualisation des collections culturelles (musée, peinture, etc.)... les projets sont interactifs et je continue à les trouver des plus intéressants... en plus d'être visuellement attractifs !

ici il y a normalement une autre photo du livre

Boris Müller est l'un des responsables de ce laboratoire et l'une de mes références depuis plus de dix ans dans le domaine de la visualisation. Il a écrit un essai il y a quelques temps : "Why Do All Websites Look the Same?". Pour résumer : le design du web est devenu très très pauvre comparativement à d'une part ce qui se fait dans le monde de l'imprimé et d'autre part ce qui est possible de faire dans le monde du web. La présentation faite à la SHOW conference Graphic Hunters complète très bien son article. "One of the fundamental principles of design is a deep and meaningful connection between form and content." Pour la visualisation c'est la même chose, différentes intentions = différents design. Il détaille en prenant trois exemples très différents. Je vous laisse découvrir la vidéo. Puisqu'il en parle, j'en profite pour mettre ici le poster Poetry on the Road de l'année 2006... l'une de mes réalisations favorites depuis 12 ans que je l'ai découverte !

ici il y a normalement une autre photo du livre

Restons dans la poésie. Découverte du projet Alt-text as Poetry via Lagniappe septante-six de Nicolas Nova. Leçon : décrire bien mieux tous les visuels d'un site avec une dose de poésie si possible ; certes c'est normalement invisible... mais pas pour tout le monde donc en tenir compte bien mieux... et surtout là encore, il s'agit de mobiliser les possibilités simples du web. Il y a tout ce qu'il faut sur le site pour s'entraîner, même un livre avec des petits exercices proposés, à la sauce Dear Data c'est-à-dire à deux, chacun décrit une photo en suivant les consignes puis discussion. Vraiment vraiment très important et très beau projet !

J'ai également vu passer cette collection Snowy Evening de carnets de note de la marque Field Notes réalisée par Brendan Dawes : un carnet = une couverture = un flocon... 99 999 différents au total ! Cela me rappelle mon petit projet de Cartes de voeux. Et puis la fin d'année approche !

Pour terminer, j'ajoute un livre à acheter / lire : Alt-text as Poetry, des carnets Field Notes ; le livre en pré-commande Data Sketches de Nadieh Bremer et Shirley Wu.



Mardi 24 novembre 2020 : sac de liens 03.

J'ai l'esprit très fleur bleue aujourd'hui :) Le projet de Shirley Wu demeure toujours agréable à regarder. Je ne me lasse pas de voir ces fleurs poussés. Projet envoie-moi de l'amour pour le San Francisco Museum of Modern Art.

La mise à jour de la visualisation de Federica Fragapane et Alex Piacentini sur les initiatives pour et les contributions des réfugiés et migrants face à la pandémie. Je sais, je ne parle pas de la crise (ou des élections) normalement, mais ici outre l'initiative, j'aime beaucoup la porte d'entrée de ce petit site web (voir ci-dessous). En collaboration avec The Overseas Development Institute.

ici il y a normalement une autre photo du livre
ici il y a normalement une troisième photo du livre


Pourquoi le ciel est bleu ? Lisez le tout petit texte de James Jeans (1931). Comment le ciel est bleu ? Utilisez le Cyanometer de Horace Bénédict de Saussure (1789) - voir image ci-dessous. Découvert sur Open Culture). Cela me rappelle un vieux projet abandonné... je vais peut-être pensé à le relancer pour l'année 2021 !

Tant qu'à faire un saut en arrière, cette exposition sur l'histoire de la visualisation. Elle est organisée par l'université de Standford. Elle est accompagnée de cet article par Mary Aviles dans Nightingale. Toujours important de se rappeler que l'on ne réinvente pas la route ! Petit coup de coeur culturel : "Recettes Brutes des Théâtres et Spectacles de Paris de 1878 à 1889" par Émile Cheysson !

Histoire quand tu nous tiens, le poster de l'évolution de l'alphabet par Matt Baker et la petite vidéo qui va bien avec pour un petit cours d'histoire :)

Le projet a un an mais je suis toujours impressionné par le boulot sur la vidéo pour raconter l'histoire de la revue Nature. Un très bel exemple de ce qu'il est possible de faire (et différemment) avec une datavisualisation !

ici il y a normalement une image

Sans transition, une carte récente, une carte classe, une carte faite à la main par Jean Leveugle / Les Savoirs Ambulants. Un style Jason Pollock :) Personnellement j'aurai réduit le texte et pris une police qui ne passe pas au premier plan... mais là c'est la carte en elle-même que j'apprécie.

Un peu d'art génératif avec Tyler Hobbs, il y a truc qui m'attirer dans ce qu'il se fait, les formes, les couleurs... les compositions !!! La première ci-dessous "Where the wind went" et la seconde "Leaves". Bien plus sur son site, je me contente ici de ce qui est passé et que j'ai vu dans ma timeline :) Et tant que j'y suis, il a écrit un petit essai sur la difficulté émotionnelle d'un artiste à mobiliser les médias sociaux pour valoriser son propre travail.

ici il y a normalement une autre photo du livre

"We would advise emerging practitioners not to see data visualisation as an end in itself. It should be treated as part of a bigger story." Cet article / interview de Clever/Franke par Encode team sur Nightingale.

"For me it was an exercise in creativity, expression and fun, and the aim for my audience was (...) just for them to enjoy the visualisations for what they were, and to find (or re-find) joy from the album itself." Cet article de Neil Richards sur la visualisation non nécessaire.

“I don’t create keynote slides, I create websites where there are interactive things going on. They take me about a month and a half or two months in preparation to program it all.” Cet article / interview de Nadieh Bremer sur la dimensions conférences de son activité (sur Women Talk Design).

"Si vous pouvez le dire avec des mots, il n'y a pas de raison de le peindre". Edward Hopper, artiste américain, 1882-1967. Je ne sais pas d'où elle vient mais j'ai griffoné cette citation dans mon carnet. Elle vient nuancer la classique citation : une image vaut mieux que mille mots.

ici il y a normalement une image

Deux nouveaux épisodes de Explore Explain par Andy Kirk. Les sujets sont éloignés de mes centres d'intérêts... mais les dessous de ces réalisations ont capté toute mon attention.

(Episode 2) RJ Andrews nous raconte tout derrière son histoire visuelle construite pour répondre à la question : mais qu'est-ce que Neil et Buzz ont fait sur la Lune ? non non mais qu'est-ce qu'ils ont vraiment foutu là-haut ? Il souligne sa difficulté à travailler sur des projets dont il ne connaît rien, et pour Neil et Buzz sur la Lune, ce n'était pas le cas ; sa visualisation diffère de ce que l'on a l'habitude de voir, nous y trouvons des dessins et une véritable narration ; j'aime beaucoup sa manière visuelle de pensée, pas seulement en termes de visualisation !

(Episode 3) Gurman Bhatia nous parle des élections indiennes... et de leur complexité !!! La collecte, l'homogénéisation, l'appariement et la vérification des photos / noms / données a donc été à la hauteur du système. Les photos sont toutes présentées... elles sont nombreuses, nombreuses, nombreuses... l'intention derrière : "That scale idea that to scroll and scroll and scroll to get tot a single woman". La discussion autour de l'interactivité est également très intéressante... et se base sur la présentation de référence de Archie Tse du New York Times à propos de l'importance ou non de l'interactivité pour raconter une histoire... cela ne va pas de soi, il faut être sûr qu'il y ait une valeur ajoutée. "Why We Are Doing Fewer Interactives" : je la trouve toujours d'actualité 4 ans plus tard !

Pour terminer, j'ajoute un livre à acheter / lire : Terra Forma, manuel de cartographies potentielles, de Grégoire, Arènes et Aït-Touati aux éditions B42 (2019), conseillé par Ewen.


Samedi 7 novembre 2020 : sac de liens 02. C'est le jour du tri dans les petites choses que j'ai retweeté ces deux dernières semaines. C'est mon deuxième sac de liens. Un tous les quinze jours. Je vais voir si ce rythme me convient ou pas.

Alli Torban est l'auteure du dessin ci-dessous : tellement vrai (posté sur Twitter) ! Valentina D'Efilippo a écrit un bon article dans Nightingale sur l'intérêt de réaliser des visualisations à la main, avec des crayons sur du papier : "Your hand is closer to your heart and mind than any other visual analysis tool."

ici il y a normalement une image

Mona Chalabi a utilisée de manière très intéressante le fil twitter pour dérouler visuellement l'histoire du droit à l'avortement en Roumanie. L'équipe du projet Academia is Tied in Knots propose une visualisation légère et graphique, flottante, je ne trouve pas les bons mots, j'adore tout simplement (voir ci-dessous)... pour parler du harcèlement sexuel en milieu universitaire.

ici il y a normalement une image

Lauren Klein et Catherine D'Ignazio étaient à la grande conférence IEEEVIS et la slide ci-dessous a circulé sur Twitter, il y est toujours question de donnée et de féminisme, ça ne fait jamais de mal de relire quelques bons conseils.

ici il y a normalement une image

Vera Molnar est précurseuse dans l'art numérique / algorithmique : elle fait de la peinture abstraite et géométrique, et son pinceau est un ordinateur. La dame a 96 ans, elle fait toujours des expositions et tient son site web à jour... bon d'accord, une partie est en Flash et ça c'est presque presque terminé... mais on s'en fou. L'oeuvre ci-dessous se nomme "Mondrian dérangé" (trouvée ici), excellent !

Certaines des formes développées dans l'art génératif (ou quelque soit son nom) rappellent clairement celles présentes en datavisualisation. Jusqu'à présent, l'histoire de la datavisualisation s'est très peu focalisée sur tout ce pan de son histoire... et sur l'art en général. Je pense que cela va changer. Certains praticiens font clairement référence à la peinture comme source d'inspiration, Giorgia Lupi en tête. Certains praticiens font de l'art génératif et pas seulement de la datavisualisation, Jer Thorp dès le départ. Et je pourrai continuer. Les formes, les textures, les couleurs, les compositions... du passé ne peuvent qu'inspirer les praticiens qui dépassent le clic bouton.

Mais pourquoi je parle de Vera ? A cause du Nicolas Nova — lisez Dadabot si vous ne l'avez pas encore fait, nous sommes en plein dans le sujet — puis d'un enchaînement avec Accrochée.s et Muzeodrome. En passant, la lettre d'information muzeodrome est une bonne ressource sur les musées !

ici il y a normalement une image

Dans le texte «l'art et l'ordinateur» écrit en 1982 et trouvé sur son site web, il y a ce passage :

«On devrait passer maintenant à un prochain stade. Exploiter mieux ou autrement l’ordinateur, ce serviteur surpuissant. Nous avions l’habitude de dire (était-ce pour nous rassurer nous-mêmes ou pour amadouer la critique romantique ?) que l’ordinateur n’est qu’un outil, un pinceau perfectionné. Et pour cueillir une pâquerette nous utilisions une moissonneuse-batteuse. Il me semble que ce stade est à dépasser. Pour savoir enfin quelque chose sur ce phénomène opaque: l’art –dernier bastion de l’ignorance humaine-, on pourrait concevoir un programme qui ferait à partir de chaque œuvre toutes les analyses formelles nécessaires. Il pourrait ensuite procéder aux comparaisons entre différentes œuvres, d’abord de la même personne, ensuite de différentes personnes, dégager des constantes et des singularités, émettre des hypothèses heuristiques et énoncer des idées originales sur notre travail que, nous-mêmes, nous ignorions jusqu’à présent. On pourrait commencer, grâce à l’ordinateur, à faire de la véritable recherche dans le domaine de l’art. L’assertion de Léonard de Vinci : « La pittura e cosa mentale » est plus actuelle que jamais.»

Petit saut 28 ans dans le futur et transition toute faite avec cette histoire de l'art vue au travers le prisme des couleurs de quelques 15 0000 peintures ... pas mal la méthode. Vous avez l'article à lire ou la version courte dans le fil twitter !

ici il y a normalement une image

Le marché de l'art numérique est encore balbutiant, bien loin d'égaler le marché de l'art en général — voir The Art Market. Il progresse sous la houlette entre autres des superhéros et plus précisément de Batman :) "Genesis", une vidéo unique (voir ci-dessus le gif animé), de Trevor Jones et José Delbo a été vendue pour un peu plus de 110 000 dollars... un record !!! Bon là encore, nous sommes loins des enchères sur les premières bandes dessinées des superhéros — voir All Time Record Comic Book Sales —. Mais ce n'est que le début, pour le meilleur ou pour le pire.

Quant au street art, si il est effacé à mesure qu'il est peint sur les murs, aucun risque qu'il ne soit incorporé au sein d'une étude... ou vendu aux enchères... et encore moins inscrit dans un livre d'histoire de l'art !!! A lire "Protest art leaves the streets" dans The Verge sur le street art réalisé pendant le confinement aux Etats-Unis et nettoyé aussitôt le déconfinement effectif... alors même que... "The resulting works of art are invaluable as symbols of the ideals that have propelled one of the most pivotal civil rights movements in the nation’s history."

(Post-it) A vérifier mais je n'ai pas l'impression qu'il y ait des travaux mobilisant par exemple instagram pour étudier le street art de la sorte : non pas où on le trouve dans une ville, non pas comment les artistes se déplacent dans la ville mais plutôt à quelle vitesse le street art est effacé d'une ville. Il y a peut-être là une idée à creuser pour un petit projet.

ici il y a normalement une image

J'aime beaucoup ce que fait Nicholas Rougueux. J'avais râté ces 10 posters sur les couvertures de vieux ouvrages dans un style gratte-ciel :) Il prend la couverture, les mots et leurs tailles, alloue une couleur à chaque première lettre. Il a alors autant de rectangles que de mots et il les réorganise verticalement pour donner l'impression d'une ville. Simple mais tellement efficace ! Celle d'au-dessus : la couverture du livre "Notes on Nursing" de Florence Nightingale... plutôt d'actualité ! // Et le dernier en date, il a passé certaines de ces datavisualisations en puzzles... c'est vraiment géniale comme idée ! Comme d'habitude, il explique comment il a choisi l'imprimeur pour avoir la meilleure qualité possible.

Le meilleur de la datavisualisation du mois d'août. Des liens sélectionnés par Andy Kirk et publiés toujours deux mois plus tard. Cela permet de prendre un peu de recul, particulièrement sur les sujets chauds, et de les regarder plus tranquillement et longuement. J'apprécie toujours ce moment. // La saison 2 de Explore Explain (podcast et vidéo) de Andy est lancée. Cette semaine : à écouter / voir si vous voulez tout savoir derrière le design des visualisations et de la page des prévisions électorales de FiveThirtyEight... jusqu'au petit renard Fivey ! Le sujet ne m'intéresse guère mais tout ce qui est invisible me plaît et Anna Wiederkehr détaille bien toutes les prises de décisions pour la réalisation des visuels. Je conseille.

Elle est au taquet en ce moment :) Nadieh Bremer a refait sa page où elle décrit comment progressivement elle est arrivée à faire de la datavisualisation en freelance. Pleins de bons conseils pour ceux et celles qui souhaitent lui emboîter le pas ! // Elle a également ajouté de nombreux résumés d'ouvrages de datavisualisation sur sa page dédiée. Je ne peux que la conseiller, personnellement je suis nul pour résumer un livre par écrit pour les autres. "When I want to study I still need an actual book in my hands in which to annotate and quickly flip through." Je suis pareil !!!

Pour terminer j'ajoute dans ma liste des livres à acheter / lire : Market Cafe Magazine Issue 6 et Visualizing with Text de Richard Brath.


Vendredi 23 octobre 2020 : sac de liens 01. Ce matin, je feuillete le web. J'en profite aussi pour laisser ici traîner des trucs passés dans mes timelines ces dernières semaines, à mobiliser prochainement (ou pas).

Avant d'oublier, un très bon anniversaire à Dataveyes qui fête ses dix ans. Que le temps passe vite !!!

Ilia Blinderman a enfin terminer son dernier billet pour nous en dire plus sur comment The Pudding travaille sur leurs essais visuels. A lire et à relire sans modération : 1 : Working with Data ; 2 : Design ; et 3 : Storytelling. Sur un projet plus précis, lisez le billet de Nadieh Bremer sur son projet de posters imprimés pour Sony : elle a visualisé la musique elle-même et nous décrit en long en large et en travers tout son processus, et elle le fait toujours aussi bien !

L'interview de Catherine D'Ignazio et Lauren F. Klein est à lire pour tous ceux qui travaillent la donnée. C'est également un post-it pour moi afin de me rappeler encore une fois d'acheter leur livre Data feminism. "I think that’s one thing that’s always really important to keep in mind is that when we’re dealing with data about people, the data are not just data. For example, with a map of evictions, the dots represent deep and fraught personal live. We need to collect oral histories, as well as do a mixed methods approach because the dots-on-a-map approach does not do justice to the impact on the community."

L'exposition Capture de l'artiste Paolo Cirio, playdoyer pour bannir la reconnaissance faciale en Europe... ah non pardon, elle a été interdite par le ministre de l'intérieur !!!!! Il va falloir se contenter des photos sur flickr. L'exposition pas annulée "Protozone: Contamination/Resilience: Hi-Intensity Phase à Shedhalle (Zurich). "In front of this background, the protozone gathers practices, theories, sci-fi-novels and artworks that pursue queer and eco-feminist ideas and stimulate a new way of thinking about the future." J'adore le mot protozone sans savoir pourquoi, leur site web est super sympathique, découvert grâce à Nicolas Nova, mais c'est trop loin pour moi :(

Cette citation de Baptiste Morizot dans le livre Raviver les braises du vivant découverte via Hubert Guillaud. Je vais devoir acheter/lire le livre maintenant. «Quand le rapport de force est trop inégal, défendre la négociation, c'est défendre les dominants.»

Le petit mot de Kieran Healy posté sur twitter est tellement vrai : "Data analysis is almost entirely data cleaning" ; le répéter encore et encore, tant aux étudiants qu'aux collègues ; le résultat est une maîtrise du contexte de construction de la base de données, cruciale selon moi !

Je l'avais déjà lu mais il vient d'être publié donc un petit mot sur le très gros boulot de collecte de données (et d'analyse) sur l'épidémie de peste à Venise... il y a 400 ans ! (Lazzari, G., Colavizza, G., Bortoluzzi, F. et al. A digital reconstruction of the 1630–1631 large plague outbreak in Venice. Sci Rep 10, 17849 (2020).) "The main dataset we consider consists of the daily number of deaths per parish, from January 1629 to December 1631. We have first proceeded with a full double-blind counting, then compared the two series, checking and correcting all discrepancies. Secondly, two different co-authors have counted again all deaths from a sample of 20 parishes out of 70 (8 and 12 each), to further assess our main dataset."

une photo du travail de christian laesser

Attrapez une glace. Allez voir le projet interactif sympathique The inside scoop of Ben & Jerry's par Hesham Eissa et Lindsey Poulter. Et lancez-vous dans la (re)lecture de tous les Blueberry. Le projet interactif de Christian Laesser reprend toutes les pages de (presque) toutes les bandes dessinées de Moebius : The Colors of Jean Giraud aka Moebius. Trop cool ! Pensez à regarder Alien et/ou Tron avant de vous coucher.

Il est enfin arrivé dans la boîte aux lettres le livre (mercredi très exactement) : Les chroniques de Seinfled, une exploration pas du tout nécessaire des données par Andy Kirk. Je ne vous fais pas un topo sur Andy ou sur son site visualising data qui est une référence, ou encore sur son livre : allez voir son site et aller lire son billet. Il est rare qu'un ouvrage de visualisation se consacre à un seul et unique sujet ; j'aime beaucoup l'idée de le faire sur une série TV. Bravo !

ici il y a normalement une photo du livre
ici il y a normalement une autre photo du livre
ici il y a normalement une troisième photo du livre

The Seinfeld Chronicles par Andy Kirk (2020). Édition limitée : 176 exemplaires. A lire : en anglais. A feuilleter : dans n'importe quelle langue. Format (mm) : 297 x 210. Pagination : 240. Poids (g) : 1150.

Pour terminer, j'ajoute à ma liste de livres à acheter / lire : Des souris et des hommes de John Steinbeck illustré par Rebecca Dautremer, le magazine Malofej 27, Data Feminism de Catherine D'Ignazio et Lauren F. Klein, Cultural Analytics de Lev Manovich, Raviver les braises du vivan de Baptiste Morizot et Seeing with Fresh Eyes de Edward Tufte.


Carnet codé html par moi-même. Aucune donnée personnelle n'est collectée. Police de caractère Cousine de Steve Matteson. Site hébergé par Ionos. Copyright 1995 - 2020 Christophe Cariou. Ile de Nantes.